mercredi 28 mars 2012

The Green Book,
de Jill Paton Walsh

Reçu le mercredi 28 mars 2012, 2 reviews

Résumé :
"Nous sommes sur Shine, le premier jour", dit Pattie lorsqu'en tant que plus jeune membre de l'expédition, on lui fait l'honneur de choisir le nom de leur nouvelle colonie. Réfugiés de la planète Terre mourante, ils ont été envoyés dans l'espace dans l'espoir que certains survivront pour perpétuer la race humaine. Mais le succès de Shine reste incertain alors que les plantations meurent et que les provisions ramenées de la Terre s'épuisent. Même l'excitation autour de l'éclosion du peuple des mites géantes de la vallée des rochers ne permet pas au groupe d'oublier le désespoir de leur situation. Vont-ils trouver de quoi assurer leur survie ?

Mon avis :
Il ne m'en a pas fallu beaucoup pour choisir ce livre : de la SF, une magnifique couverture... vendu ! Publié pour la première fois en 1981, il est un des classiques de l'éducation anglophone, apparemment inconnu chez nous. Réédité cette année par Square Fish (avec cette magnifique couverture, donc), c'est l'occasion d'enfin tout savoir sur Pattie et Shine, cette nouvelle planète qui ne dit rien de bon pour la race humaine.

Puisque le livre fait 70 pages, et qu'il est écrit assez gros, je vais vous dispenser de trop parler de l'histoire. On y suit la migration d'un des dernier groupes d'humains (relativement pauvre, donc) de la Terre à bord d'un vieux vaisseau, qui les dépose sur une planète inconnue. La famille de Pattie est en quelque sorte le point d'ancrage du récit - on suit leur départ précipité, les années passées à bord du vaisseau puis l'inquiétude des premiers temps sur une planète étrangère, le tout en version condensée.

Si c'est quelque part assez difficile de s'attacher à des personnages en si peu de pages, j'ai tout de même trouvé que la famille de Pattie laissait une forte impression — du père inventeur au fils qui essaie d'être adulte pour l'aider dans sa tâche, ainsi que deux filles qui se chamaillent pour des bêtises. L'exode est traitée avec sérieux, ainsi que la rareté de leurs ressources et de leurs loisirs, et on a tout le temps de s'imaginer ce qui se passerait si on n'avait qu'un livre chacun pour le reste de sa vie, qu'on se nourrissait de fer en attendant de savoir si les récoltes allaient être comestibles ou non...


Mais tout n'est pas noir pour autant ; Pattie et son jeune âge nous entraînent à la découverte de ressources cachées, de créatures mystérieuses dont les adultes ne soupçonnaient pas l'existence et qui se joignent aux jeux des plus jeunes. On est alors confronté à l'importance de la vision des enfants, celle aussi de ne pas oublier les contes et les histoires que l'on a appris parce que c'est lorsqu'on ne les a plus que l'on réalise leur importance.

Sans raconter la fin, j'avoue qu'elle est d'une simplicité un peu décevante, mais lorsqu'on referme le livre et qu'on y repense plus tard, on réalise que ce n'est finalement pas ça qui est important. Ces 70 pages sont un vrai condensé de réflexion sur le poids des classes, sur l'importance de la culture, de posséder des savoir-faire basiques pour survivre et de faire confiance aux enfants pour s'ouvrir l'esprit à ce qui nous entoure. Un très beau petit récit, en somme.

Ma note : 7,5/10

Reviews (2)

Le 28 mars 2012 à 18:12 , Lelf a dit…

Ça a l'air sympatoche. Vu la longueur ça vaut le coup de s'y pencher malgré tes quelques réserves.
T'as pas fini de donner envie oui ? Tu fais pas semblant en ce moment ^^'

Le 29 mars 2012 à 10:29 , Miss Spooky Muffin a dit…

Oui, pour le temps que ça prend à lire, ça vaut le coup de le faire, c'est bref et sympathique.
Donner envie c'est ma passion \o/

 

Lilyn Kirjahylly Copyright © 2011, by The Scary Cupcake & Mr Pink Eyes
All images © the incredible Shaun Tan