vendredi 16 décembre 2011

Starfish,
de Peter Watts

Reçu le vendredi 16 décembre 2011, 4 reviews

Résumé :
Lenie Clarke est chef d'équipe dans une station des abysses, sur la côte pacifique, chargée d'exploiter et de contrôler l'énergie géothermique. Comme ses compagnons, elle a d'abord suivi des tests et un entraînement rigoureux puis subi des altérations génétiques qui lui permettent d'accoutumer sa vision à l'obscurité et de respirer dans l'eau lors des sorties obligatoires.
Ce qu'elle ignore, c'est que la société qui l'emploie ne choisit pas les candidats par hasard : seuls sont recrutés des hommes et des femmes aptes à subir de fortes doses de stress, des individus présentant tous une psychologie… déviante. Le noir et le silence des profondeurs deviennent le théâtre d'un huis clos inquiétant où les monstres ne rôdent pas seulement à l'extérieur.

Mon avis :
J'ai peu entendu parler de ce livre jusqu'à aujourd'hui mais dès que j'ai vu sa couverture, je n'ai pas pu m'empêcher de vouloir le lire. De la SF sous-marine aux accents de thriller, ce n'est pas quelque chose qu'on croise souvent, et je me suis laissée attirer dans les grands fonds comme Doris par un poisson-lanterne. Et la bande de "joyeux-lurons" qui vivent à bord de la station Beebe ne m'ont pas donné l'occasion de m'ennuyer !

Dans un futur où l'on sera capable de remplacer un poumon par des branchies artificielles, des scientifiques envoient un groupe de "cas sociaux" travailler près des rifts sous-marins. Si chacun était étudié pour supporter la solitude et la pression d'une vie à des centaines de mètres de profondeur, les chercheurs n'avaient pas prévu que les rifteurs créeraient d'étranges affinités entre eux, ainsi qu'avec l'extérieur où ils passent de plus en plus de temps. Mais les rifteurs vont découvrir que les scientifiques de l'ARE ne les ont pas envoyés là par hasard, et qu'ils ne comptent pas vraiment les faire revenir...

L'atmosphère particulière qui se dégage de ce roman joue pour beaucoup dans sa capacité à rester en mémoire. Si sur la forme on n'y trouve pas forcément de l'exceptionnel, sur le fond on est captivé par l'environnement des protagonistes. Leurs modifications physiques sont brièvement mentionnées mais c'est surtout sur les sensations que l'auteur s'attarde, le malaise de cesser de respirer, puis l'attraction progressive de l'océan qui gomme doucement leur humanité. L'intrigue, aussi bien menée qu'elle soit, fait la part belle à cette ambiance, nous emmenant avec les rifteurs combattre les monstres géants et gélatineux qui ne rêvent que de les croquer.

Lennie Clarke est le genre d'héroïne dont on n'a pas l'habitude : vaguement accro à la maltraitance suite à un passé d'abus divers et variés, elle n'est ni sociable, ni joviale, ni très intéressée par ce qui se passe. Elle veut juste sortir dans les profondeurs et reconstituer des étoiles de mer. Ses relations avec les autres membres de l'équipage, certains plus présents que d'autres, est à la fois surprenante et troublante, et on arrive presque à s'attacher à la bande de détraqués qui lui tient compagnie.

Cela dit, rien n'est rose sous les profondeurs, et seuls les amateurs d'histoires oppressantes y trouveront leur compte. Dès le début, on met les pieds dans le gore avec une attaque de poisson géant, pour ne plus en sortir. Malgré quelques éléments restés trop flous ou inexpliqués, l'intrigue en arrière plan reste présente, dévoilant son potentiel dans le dernier tiers du récit, et on termine ce premier opus avec un goût de trop peu.
Ça tombe bien, la suite est disponible gratuitement sur le site de l'auteur !

Ma note : 7,8/10

Cette lecture n'a pas été réalisée en commun avec Erato, mais par le plus pur des hasards (enfin, à part le fait que je lui ai passé le livre), nous l'avons terminé en même temps. Allez lire son avis !

Reviews (4)

Le 16 décembre 2011 à 10:59 , Sita a dit…

Et allez, encore un truc dont on note le titre à cause du Muffin *brandit le poing en l'air*
Et puis avec Oracle qui était aussi de la SF sous-marine et que j'ai pas trop aimé, je dis pas non à un livre qui va sans doute plus m'intéresser ^^

Le 19 décembre 2011 à 15:51 , Miss Spooky Muffin a dit…

Ouais o/
Oracle, jamais entendu parler (ou alors vu sur ton blog et oublié). Je pense que celui-ci va te réconcilier avec le genre ;)

Le 22 décembre 2011 à 01:01 , BlackWolf a dit…

J'avoue que j'ai envie de lire ce livre depuis un petit moment déjà mais j'ai souvent entendu dire que le rythme était ennuyeux ce qui m'a toujours bloqué pour me lancer. Ton avis me donne finalement envie de lui donner sa chance.

Le 22 décembre 2011 à 10:53 , Miss Spooky Muffin a dit…

Je n'avais pas entendu grand chose dessus... et bien contente de l'avoir lu au final !

 

Lilyn Kirjahylly Copyright © 2011, by The Scary Cupcake & Mr Pink Eyes
All images © the incredible Shaun Tan