mercredi 28 décembre 2011

Blade Runner,
de Philip K. Dick

Reçu le mercredi 28 décembre 2011, 5 reviews

Résumé :
Sur terre, quelques temps après l'holocauste nucléaire : les espèces animales ont quasiment disparues et certains humains, dit "spéciaux", se sont mis à muter, voire à régresser. Rick Deckard est chasseur de prime. Il est chargé de démasquer et d'éliminer des Andys, des androïdes dont le séjour sur terre est illégal. Mais leur perfection est telle qu'il est quasiment impossible de les différencier des humains. Ils pourraient d'ailleurs être bien plus nombreux que prévu. Au point que Deckard finira par se demander s'il n'est pas lui-même une création artificielle dont les souvenirs auraient été implantés.Mais alors qu'est-ce qui différencie les humains des androïdes ? Peut-être cette capacité à utiliser la "boite à empathie", qui les plonge dans le corps perpétuellement meurtri de Wilbur Mercer. Mercer qui pourrait bien s'avérer être un usurpateur...

Mon avis :
Est-ce que les androïdes rêvent de moutons électriques ? C'est en tout cas le titre d'origine de ce livre, renommé après la sortie du film qui s'en est adapté. Je ne me souviens pas avoir vu ce dernier, d'ailleurs, mais c'est aussi bien pour ne pas se gâcher la surprise : classique de la science-fiction, cette histoire nous fait réfléchir et voyager dans un monde où l'empathie seule prouve encore la condition humaine.

Rick est un blade runner, un réformeur d'androïdes. À l'occasion d'un accident arrivé à son supérieur, il se retrouve à partir en chasse d'un groupe de Nexus-6, le dernier modèle d'androïdes, presque impossible à distinguer des humains. Sa motivation pour les éliminer : la prime de mille dollars par tête, qui lui permettra d'acheter un véritable animal de compagnie, car Rick ne possède qu'un mouton électrique. Ce dernier exploit de sa carrière ne va cependant être aussi évident qu'il le pensait.

L'empathie. Un thème qui ne revient pas si souvent dans les histoires futuristes, mais si l'on est capable de créer des robots qui pensent comme et ressemblent à des humains, que reste-t-il pour nous différencier d'eux ? Avec leurs boîtes d'empathie, sorte de secte légale où chacun prend part à une ascension commune censée apportée un sens d'accomplissement, les humains sont persuadés que l'on doit se débarrasser des androïdes venus illégalement de Mars, désormais colonie terrestre. Après tout, Mars est censée être un paradis après l'état dans lequel la guerre Terminus a laissé la Terre, où tous les animaux s'éteignent petit à petit...

Mais il ne semble y avoir de paradis nulle part. L'auteur met en opposition deux mondes, un ravagé par la destruction où l'on dépense des fortunes pour acquérir un animal venant "prouver" que l'on est encore humain. De l'autre, une colonie rongée par la solitude, où les androïdes sont prêts à risquer leur vie pour en partir. Rick va réaliser que l'empathie qu'il ressent est plus forte envers certains androïdes qu'envers Mercer, celui qui grimpe inlassablement cette colline d'où on lui jette des pierres. Est-ce que cela fait de lui moins qu'un humain ?

Impossible de pas se laisser entraîner dans cette histoire à l'univers passionnant par son étrangéité. Alors que les espèces commencent à s'éteindre sur notre planète, difficile de ne pas se demander si un jour, nous serons nous aussi profondément seuls, prêts à utiliser des orgues d'humeur pour trouver la motivation de continuer à vivre, séparant les normaux des spéciaux pour ne faire se reproduire que les meilleurs... et rêverons-nous un jour d'avoir pour compagnon un mouton électrique ?

Ma note : 8,5/10

Vous savez quoi ? C'était la dernière chronique littéraire de cette année ;)

Reviews (5)

Le 28 décembre 2011 à 21:18 , Neph a dit…

Pas vu le film non plus mais, depuis que je lis avec beaucoup plus de plaisir de la SF, j'ai bien envie de me plonger dans ce grand classique. Merci pour le titre original, je l'ignorais, et je comprends mieux la raison du nom de la maison d'édition "Les moutons électriques" !

Le 28 décembre 2011 à 23:42 , Chtimie a dit…

J'ai vu le film il y a longtemps. Je ne m'en souviens pas trop ; juste que j'avais beaucoup aimé. Ton avis me donne envie de le lire. Merci.
À bientôt !

Le 2 janvier 2012 à 11:12 , Miss Spooky Muffin a dit…

@Neph : d'habitude j'ai du mal avec les classiques, même de SF, mais là il passe vraiment bien, je te le recommande. Le "vrai" titre explique tout en effet !

@Chtimie : il faudra que je regarde le film pour me faire une idée mais bonne lecture avec le livre si tu te lances !

Le 3 janvier 2012 à 14:15 , Anagram Underscore a dit…

J'ai vu le film il y a quelques temps, j'avais plutôt aimé à l'époque, mais j'ai ouïe dire que le livre était plus tourné sur le sujet de l'empathie envers les animaux que le film, d'où l'histoire du mouton. En tout cas ta chronique me donne encore plus envie de le lire, je vais de ce pas l'ajouter à ma wish-list !

Le 3 janvier 2012 à 14:23 , Miss Spooky Muffin a dit…

Je ne peux pas trop comparer en fait, mais c'est vrai que dans le livre tout est basé sur l'empathie envers les animaux - c'est devenu un signe d'humanité de posséder un animal, et tous les tests sont basés sur des réactions face à la fourrure, etc.
Il faut vraiment que je voie ce film !!

 

Lilyn Kirjahylly Copyright © 2011, by The Scary Cupcake & Mr Pink Eyes
All images © the incredible Shaun Tan