mardi 27 septembre 2011

Deus in machina,
de John Scalzi

Reçu le mardi 27 septembre 2011, 6 reviews

Résumé :
« L’heure était venue de fouetter le dieu. Le capitaine Ean Tephe entra dans la chambre divine, un coffret en filigrane laqué dans les mains. Il découvrit un acolyte qui perdait son sang et le dieu à plat ventre sur son disque de fer, les chaînes tendues à bloc. La bouche écrasée contre le métal, le dieu ricanait en se passant la langue sur ses lèvres rougies. Un prêtre se tenait au-dessus de lui, à l’extérieur du cercle de confinement. Deux autres acolytes étaient adossés à la paroi, terrifiés. »
Voici le dieu dans la machine. Vous pouvez dire vos prières…

Mon avis :
Je n’ai lu qu’un seul livre de Scalzi avant celui-ci et il a suffit à me convaincre que j’aimerai tout ce que fait cet auteur, grâce à ce mélange d’humour et de SF qu’il utilise. J’avais tort. Pas sur le fait que j’aimerai tout ce qu’il fait (bien que ça reste encore à prouver), mais sur le fait que son style resterait le même. Deus in Machina n’est qu’une novella, qu’on termine en quelques heures seulement : c’est suffisant pour se prendre une sacré claque.

Je ne savais pas de quoi parlait l’histoire avant d’ouvrir ce livre et je pense que c’est ce qu’il y a de mieux pour se garder tout l’effet de surprise. Je peux quand même vous dire que ça parle d’un capitaine de vaisseau spatial dont le moteur est un dieu, et que ce dieu n’est pas très décidé à lui faire la vie facile. Il faut dire qu’avec la façon dont on le traite, ce n’est pas surprenant.

Cent trente pages là-dessus, vous vous imaginez déjà la petite histoire d’action avec mission à résoudre, et basta. Vous n’y êtes pas du tout. En cent trente pages, Scalzi vous plonge dans une réflexion sur la religion, sur le futur de l’humanité, sur le pouvoir de la foi, celui des noms, et un paquet d’autres choses que je m’abstiendrai de vous énumérer. Et si vous ne viviez que pour un Dieu, qu’il contrôlait l’univers entier jusqu’à pouvoir asservir d’autres dieux et modifier les mémoires ? Et si on vous mentait de tous les côtés, que l’on réfutait la raison de votre existence ?

On a beau vouloir garder ses distances, impossible de ne pas se mettre à la place du capitaine, confronté à des révélations qu’il parvient à peine à comprendre. Certaines vérités nous semblent impossibles et pourtant, même celles-ci font douter. Une guerre des dieux où les hommes ne seraient que des pions ? Qui croire ? Faut-il croire ?

Et par-dessus ces doutes, ces retournements de situation et autres réponses à ne pas entendre, on n’a pas le temps de reprendre son souffle que s’enchaînent les batailles, les voyages, les scènes de vie et de mort qui défilent sans attendre. Elles laissent toutefois la place à assez de mise en contexte et d’émotions pour rendre les personnages terriblement attachants, la fin terriblement éprouvante, l’après terriblement angoissant.

Oui, j’aime tout ce que fait John Scalzi, et je viens d’apprendre qu’il n’a pas fini de me surprendre.

Ma note : 9/10

Profitez-en pour admirer la superbe couverture de Vincent Chong, un excellent illustrateur dont je vous invite à voir les autres créations sur son site personnel.

Reviews (6)

Le 27 septembre 2011 à 21:00 , Guu a dit…

Tiens j'ai hésité a me l'acheter y a 2 jours cui-ci.. je me dis que j'aurais pas du être sage pr une fois à lire ta chronique.. damned

Le 28 septembre 2011 à 04:58 , Ariane a dit…

Tu me donnes envie...

Le 28 septembre 2011 à 10:29 , Miss Spooky Muffin a dit…

@Guu : c'est une honte d'hésiter, tu aurais dû sauter dessus ! Pour une fois qu'il est moins cher en français qu'en anglais en plus...

@Ariane : eh bien il faut craquer, je ne vois que ça :)

Le 30 septembre 2011 à 02:05 , Ariane a dit…

Je peux paaaaaas. Je suis pauvre :(
Me reste qu'une solution...
le demander pour Noël >.>

Le 3 octobre 2011 à 23:41 , BlackWolf a dit…

Je suis sous le charme de la couverture j'avoue. Comme ton avis en rajoute une couche je vais peut être me laisser tenter. :)

Le 4 octobre 2011 à 00:08 , Miss Spooky Muffin a dit…

@Ariane : patience patience...

@Blacky : c'est la faute de la couverture tout ça. Et enlève-moi ce "peut-être", allez ! ;P

 

Lilyn Kirjahylly Copyright © 2011, by The Scary Cupcake & Mr Pink Eyes
All images © the incredible Shaun Tan