jeudi 11 août 2011

Moi, Sporus, Prêtre et Putain,
de Cristina Rodríguez

Reçu le jeudi 11 août 2011, 4 reviews

Résumé :
Certains destins pourraient surprendre les dieux eux-mêmes. Qui aurait parié un sesterce sur l'avenir de Sporus, enfant prostitué et exploité par sa marâtre dans un bouge infâme de Subure ? Et pourtant... De tribulation en tribulation, il devient prêtre de Cybèle, une déesse orientale dont le culte inspire des sentiments partagés à Rome. Tout à la fois sacré et eunuque, respecté mais inculte, indiscipliné et rebelle, gouailleur et surtout irrésistiblement charmeur, ses imprudences lui valent bien des déboires. Mais Néron lui-même ne reste pas insensible à ce curieux garçon, et fait de lui son favori, et même son épouse, avant de sombrer dans la folie et la mort. Entre banquets, intrigues, fêtes et voyages, le jeune prêtre apprendra à ses dépens que la cour de Rome peut être aussi dangereuse que les forêts de Germanie...

Mon avis :
Je pense que mon engouement pour les romans de Cristina Rodríguez n'est plus un secret pour personne maintenant, et depuis mon coup de coeur pour Meurtres sur le Palatin je me suis mise en tête de lire tous ses livres que je pouvais trouver. Eh bien, on peut dire que j'ai eu le plus grand mal à mettre la main sur celui-là, et qu'il a fait un beau voyage avant d’atterrir entre mes mains ! Sa lecture n'en fut que plus délicieuse, et je me réjouis aujourd'hui encore d'avoir la chance de pouvoir le relire quand je le voudrais.

Sporus nous raconte sa vie à Rome pendant le règne de Néron, sa naissance à Subure dans une taverne où sa belle mère le prostituait, ses troubles avec la justice qui vont faire de lui un prêtre de Cybèle, une galle, et lui coûter la perte de sa masculinité. Mais au delà de cette souffrance, il va aussi raconter sa rencontre avec Néron, ce personnage laid et complexe qu'on hésite à aimer ou à détester, et nous plonger dans les mystères de la cour de l'époque auxquels certains peinent à survivre...

Comme toujours avec les romans de l'auteur, la partie historique de l'histoire n'est pas négligeable, et on découvre ici un autre visage de Rome, celle d'une ville qui adorait son souverain avant de se sentir abandonnée lorsqu'il part s'adonner à ses passions artistiques en Grèce. Si la complexité de la politique de Néron aurait pu être barbante, il n'en est rien ici car on l'aborde à travers les yeux de Sporus, illettré, qui a bien de la peine à se mêler aux affaires de Rome. Et c'est tant mieux quelque part, car c'est cette distance "romancée" qui donne tout sa fraîcheur et sa passion à l'histoire.

Une passion que ses personnages conduisent avec brio, bien sûr. Sporus en tête, dans sa qualité de narrateur, nous fait partager les faits marquants de sa vie avec une proximité parfois embarrassante. Que ce soit les manières révoltantes de sa famille, le comportement quelque peu dérangeant des galles de Cybèle ou la scène de castration en live qu'il nous décrit, difficile de rester insensible à ce jeune homme à la répartie bien sentie. D'un autre côté, son humour et sa sensibilité en font un personnage à plusieurs facettes que l'on suit avec plaisir, tourmenté par les (nombreuses) menaces qui planent au-dessus de lui et de son entourage.

L'impression finale qui en ressort est celle d'une roman pas tout à fait historique, pas tout à fait biographique, mais tout à fait passionnant. Il nous conte la soif de sang de Rome, sa soif d'amour, et à travers les yeux d'une simple galle qui aura les faveurs de son empereur, il nous conte la fin d'une dynastie telle qu'on n'en verra plus.
Et comme le dit l'auteur :
Ce roman n'est donc pas destiné à faire un cours sur l'histoire romaine, mais bien à amuser, à soulever un coin du voile, pour donner envie d'aller plus loin dans la connaissance de cette époque fascinante et de ses protagonistes, plus fascinants encore. J'espère qu'il remplira son office.
Je n'en doute pas un seul instant.

Ma note : 9/10


Reviews (4)

Le 11 août 2011 à 10:33 , Erato a dit…

Tu m'avais déjà convaincue bien avant ^^' (je suis trop influençable... on va dire que les morues n'ont que de bonnes lectures XD)
J'aimerai bien commencé par le machin de Pompéi ^^ (non je ne connais pas le titre exact ^^')

Le 11 août 2011 à 12:34 , Guu a dit…

Toi donner envie moi lire livre (Moi fatiguée, cerveau au minimum)

Le 11 août 2011 à 18:45 , Sombre Plume a dit…

Erato > Les Mystères de Pompéi :P
Ahhhh, je l'ai adoré ce roman-là aussi :) Je suis tellement contente que tu aies dû le faire passer par moi avant de lui faire traverser l'Atlantique :) Si un jour ils en font une réédition (qu'importe le prix) je suis partante !
Et je suis d'accord que le roman a rempli son office. C'est en partie à cause de ses bouquins que l'Antiquité Gréco-Romaine sera sans doute une de mes spécialisations lorsque j'étudierai l'histoire.

Le 12 août 2011 à 10:22 , Miss Spooky Muffin a dit…

@Era : bien sûr que les morues n'ont que des bonnes lectures, qu'est-ce que tu crois ;) Tu vas pouvoir lire les Mystères de Pompéi tout bientôt grâce à une certaine personne !!

@Guu : toi patienter longtemps encore.

@SP : Merci à toi d'avoir servi d'agent de relais, c'était vraiment très gentil et je suis ravie d'avoir pu le lire. Espérons qu'ils le réediteront un jour !

 

Lilyn Kirjahylly Copyright © 2011, by The Scary Cupcake & Mr Pink Eyes
All images © the incredible Shaun Tan