jeudi 14 juillet 2011

Le Te de Porcinet,
de Benjamin Hoff

Reçu le jeudi 14 juillet 2011, 5 reviews

Résumé :
Dans la philosophie taoïste chinoise, le terme Te désigne la vertu du tao, son efficacité ou son application pratique. Te est indissociable du principe universel et unitaire qu'est le tao. Le sage, c'est l'homme de Te, décrit par Lao tseu dans le Tao te king et par Tchouang-tseu dans ses œuvres.
Après le succès mondial du Tao de Pooh, Benjamin Hoff poursuit ainsi sa pérégrination dans le monde de la philosophie chinoise, avec la même maîtrise des textes classiques, mais aussi la même verve et le même humour. En guise de compagnons de voyage, on retrouvera ses personnages favoris : A. A. Milne, Pooh l'ourson à la bonhomie spontanée, le morne Bourriquet, le professoral Maître Hibou, le rationnel Coco Lapin, l'imprévoyant Tigrou et bien sûr Porcinet, qui incarne mieux que quiconque le pouvoir de Te et l'harmonie avec la nature.

Mon avis :
Après mon engouement (renouvelé) pour le Tao de Pooh, il était temps de continuer l'aventure du désormais célèbre Benjamin Hoff avec cette fois-ci les aventures de Porcinet, ce très petit animal capable de grandes choses. À travers les enseignements du Taoïsme, on y découvre la "vertue", celle de ceux qui savent vivre en harmonie avec ce qui les entoure au lieu de lutter contre la nature, et les ravages déjà causés par les Bourriquets, Tigrous et autres perturbateurs de l'ordre naturel.

Ici encore, l'auteur nous expose des principes simples du Tao à travers l'oeuvre de A. A. Milne, Winnie the Pooh : Porcinet est la représention du petit animal, celui qui est persécuté mais parvient à de grandes choses grâce à sa petite taille. Mêlant pseudo-discussions avec Winnie et ses amis, humour, anecdotes, chansons et explications sérieuses de l'application du Tao, il cherche à nous ouvrir les yeux sur des comportements qui nous semblent normaux mais vont à l'encontre de notre bien-être et de celui de la planète.

Contrairement au Tao de Pooh plus centré sur le développement personnel et l'approche sereine du quotidien et de ses problèmes, on se retrouve ici confronté aux caractères de ceux qui nous entourent, nos dirigeants, nos ancêtres, et tous ceux qui en ignorant la Voie ont corrompu l'harmonie du monde. Des Bourriquets, ces égocentriques négatifs qui polluent les esprits faibles et ne jurent qu'en la technologie, aux Tigrous, incapables de finir ce qu'ils ont commencé ou de se concentrer assez longtemps pour comprendre réellement les choses, il fait le tour de tout ce qui constitue le stress du quotidien et nous montre comment le contourner.

"Wunga wunga, moomba noonga — great Tin God, save us from hexachlorobenzene, ethylene dibromide, toxaphene, chlordane, parathion, and everything else you've given us that's gone wrong." Well, wunga wunga everybody — and lots of luck!

Car le Tao est une voie qui agit sans effort, comme vous le savez déjà. Telle l'eau, elle contourne naturellement les obstacles et prend les choses comme elles viennent avec sérénité. Comme l'explique l'auteur, la vie sauvage n'est devenue sauvage qu'une fois que l'homme a rompu la communion développée pendant des années par des peuples comme les indiens d'Amérique, pour qui la forêt était la normalité plutôt qu'un lieu dont il est exclu. En s'éloignant de leur vraie nature, les humains ont apporté avec eux la ruine, la destruction, et un déséquilibre des forces qui causera leur perte — la Grande Purification, celle qui a vu disparaître les dinosaures au profit de petits animaux pouvant s'adapter, arrivera une nouvelle fois pour nettoyer les catastrophes humaines et laisser une chance à une nouvelle "espèce" de se construire.

Mais si ce livre pointe du doigt les nombreux échecs du monde actuel, que ce soit dans les domaines politiques ou militaires, ou même simplement dans le respect d'autrui, il n'est pas pour autant fataliste. Au contraire, il encourage les porcinets, ceux d'entre nous qui se sentent insignifiants et désemparés, à cesser d'angoisser pour des "et si" et à se concentrer sur leurs propres forces. Ghandi n'était-il pas un petit homme, après tout ? C'est avec le calme et la sagesse qu'on accomplit de grandes choses, et l'avenir doit se montrer plein de promesses et non de craintes.

Et comme rien n'est plus efficace que la philosophie par la détente et l'humour, à défaut de vous faire partager les amusantes interventions de nos amis en peluche, je vous laisse sur une petite blague qui a fait un sacré effet à Pooh :

"All right, Piglet, here's one for you. What's the difference between a filing cabinet and a kangaroo?"
"I don't know," said Piget.
"You don't? You don't know the difference between a filing cabinet and a kangaroo?"
"No," said Piglet.
"Well, then, I won't let you file any of my papers."
Silence.
"I don't get it," said Pooh.

Ma note : 8/10

Le challenge Yes We Kant, c'est fini ! Rendez vous bientôt pour un petit récapitulatif de l'état des challenges !



Reviews (5)

Le 14 juillet 2011 à 10:41 , Lalou a dit…

Je vais lire ça aussi, un jour. Tant le Tao de Pooh que celui-ci.
Il me les faut. Faut relativiser et tout. Yes.

Le 14 juillet 2011 à 12:01 , Guu a dit…

.. j'ai pas compris la blague à la fin.....Pourquoi c'est Pooh qui "don't get it ?" brefle, indépendamment de ca, encore un petit bouquin qui va devoir rejoindre ma table de chevet. Et le prochain c'est quoi? Le Zen selon Bourriquet ?

Le 14 juillet 2011 à 13:01 , Miss Spooky Muffin a dit…

@Lalou : ouais, et fais-le lire à monsieur, ça lui servira :)

@Guu : Winnie était à côté à écouter la blague, c'est tout ! Par contre je crois que c'est le dernier, parce que les autres personnages de Winnie The Pooh ont des personnalités négatives selon les principes du Tao, donc pas trop des exemples à suivre ;)

Le 18 juillet 2011 à 14:52 , Erato a dit…

Huhuhu, il me le faut ! En english, en french, n'importe !! =)
J'avais cru que c'était Pooh qui posait la question XD

Le 18 juillet 2011 à 14:59 , Miss Spooky Muffin a dit…

Il ne devrait pas te poser de problèmes en anglais en tout cas, alors n'hésite plus !

 

Lilyn Kirjahylly Copyright © 2011, by The Scary Cupcake & Mr Pink Eyes
All images © the incredible Shaun Tan