vendredi 10 juin 2011

Âmes Perdues,
de Poppy Z. Brite

Reçu le vendredi 10 juin 2011, 9 reviews

Résumé par l'auteur :
Premier roman, et difficile de ne pas le remarquer - pas parce qu'il est mauvais ; il est riche et passionné et foutrement énergétique, mais parce que j'y ai mis tout et n'importe quoi dans l'espoir d'atteindre la longueur d'un vrai roman. En gros, c'est à propos d'une bande de gamins ; Nothing, le petit gothique de 15 ans qui s'enfuit de sa maison de banlieue pour retrouver (seigneur) son groupe favori; les membres de ce groupe, Steve et Ghost, un redneck et un médium de Missing Mile, Caroline du Nord ; et Molochai, Twig et Zillah, un groupe de tordus errants qui se révèlent être la vraie famille de Nothing. Il y a une intrigue quelque part dans tout ça, qui implique des voyages à la Nouvelle Orléans où la néfaste Chartreuse verte est consommée, de l'amour et de la trahison, des bébés qui sortent du ventre en le dévorant, et beaucoup beaucoup de sang, de sexe, de drogues, de vin bon marché et de minets.

Mon avis :
Premier roman écrit par Poppy Z. Brite, et premier que j'ai tenu entre mes mains il y a près de 10 ans de cela, Âmes Perdues possède une place assez particulière dans mon coeur. Après avoir maintes fois relu l'édition française, c'est en version originale que je suis venue me replonger dans l'univers sombre et sulfureux de la Nouvelle Orléans, de Mardi Gras, des musiciens qui y jouent et des vampires qui y errent...

Cette histoire tourne autour de plusieurs destinées à la fois, celle de Nothing qui quitte sa famille adoptive pour retrouver ses racines, celle de Christian qui trompe l'ennui de la vie éternelle en attendant que ses amis le retrouvent, celle de Zillah, Twig et Molochai qui traversent le pays pour s'adonner à tous les plaisirs possibles, et celle de Steve et Ghost, deux musiciens perdus qui cherchent à protéger ceux qu'ils aiment. Comme le dit Poppy, c'est une histoire d'aventure, de vampires, de meurtres de sang froid, d'amour qui dépasse les mots, de souffrance et de trahison ; une histoire aussi fascinante et empoisonnée que l'absinthe.

The sky is purple, the flare of a match behind a cupped hand is gold; the liquor is green, bright green, made from a thousand herbs, made from altars. Those who know enough to drink Chartreuse at Mardis Gras are lucky, because the distilled essence of the town burns in their bellies. Chartreuse glows in the dark, and if you drink enough of it, your eyes will turn bright green.

Je ne sais pas si vous le sentez autant que moi, mais ces mots sont comme des étincelles de magie, des images vivaces qui s'impriment dans l'imagination et font vivre les mots dans ce décor presque palpable, que l'auteur décrit avec minutie mais sans lourdeur, tout en poésie. La vie exubérante qui secouait le Quartier Français autrefois, la décrépitude des petites villes de campagne comme Missing Mile, les vieux bars à l'ambiance familière, les boutiques de mystiques qui conservent des vieux crânes... on se sent vivre dans ces décors intensément réalistes, assez pour se laisser bercer par les âmes perdues qui les hantent.

Car tout ça, c'est avant tout une histoire d'âmes perdues. Et pas juste Lost Souls?, ce groupe improbable formé par le doux et délicat Ghost, qui parle avec les fantômes et ressent la douleur des autres, et cette fausse-brute de Steve se réfugiant sous ses mensonges, sa fierté et l'alcool pour ne pas faire face à ses problèmes ; Ann et les catastrophes qu'elle engendre n'est pas beaucoup mieux, ni Christian et son désespoir maladif pour cette éternité sans saveur qu'il endure, ni Nothing avec ses rêves de gosse, ses musiciens-héros, ses illusions brisées et son amour destructif. Nothing, ce anti-héros qu'on ne peut s'empêcher d'aimer, de vouloir prendre sous son aile et de secouer sans fin pour lui faire retrouver raison.

Et puis il y a Zillah, le beau et dangereux Zillah, dans toute sa splendeur, toute sa violence, toute sa folie.
Zillah was smiling at him too, a smile like the Mona Lisa's, if the Mona Lisa had crazy green eyes and was blasted out of her mind on Crucifix acid.
Sous son joug et celle de ses deux accolytes, Twig et Molochai, Nothing va vivre à l'arrière d'un van gorgé de sang, de débauche, d'opium et d'acide, de repas morts et d'autres vivants, de vin de fraise parfumé à l'hémoglobine. Il va y perdre des étoiles au plafond et des espoirs d'enfant, mais y gagner une famille de fous, prête à l'emmener là où il est né, dans la ville qui ne dort jamais, aux marais d'un vert teinté par l'alcool de Mardi Gras : la glorieuse Nouvelle Orléans.

Overhead, fireworks blossomed and turned the sky purple with their smoke, and the air was thick with smoke and liquor-breath and river-mist. Molochai let his head fall back on Twig's shoulder and looked up at the sky, and the fireworks dazzled his eyes.

Je ne peux pas vous parler correctement de ce livre, je ne peux pas vous dire que le style est fluide et un peu fouillis, qu'il y a des longueurs, que les âmes sensibles devraient sans doute s'abstenir. Tout ça, ça n'a pas vraiment d'importance. Lost Souls est un voyage dans l'imaginaire, un retour dans cette enfance sombre et poétique qu'on a tous (ou presque) connue, un bonbon vert au goût malsain et familier dont on se demande si, en explosant sur la langue, il aura un goût de menthe.



Voici mon premier pas dans mon challenge-doudou, avec la première d'une longue série d'oeuvre que je suis impatiente de (re)dévorer. Prochain arrêt à Missing Mile pour se faire un sang d'encre...

Reviews (9)

Le 10 juin 2011 à 10:46 , Lyra Sullyvan a dit…

Pas pour moi je pense, mais ça a l'air bien délirant :P

Le 10 juin 2011 à 11:34 , Erato a dit…

Ah Steve et Ghost !
Ah le premier extrait que tu donnes, je l'imaginais presque.
J'espère le lire bientôt ^^ (ainsi que les autres romans de cet auteur)

Le 10 juin 2011 à 11:37 , Culture a dit…

Han mais dis donc, il me semble qu'il est dans ma PAL cui ci, dans les starting blocks pour le challenge ! Bon bah, yapuka

Le 10 juin 2011 à 12:02 , Miss Spooky Muffin a dit…

@Lyra : je ne perds pas espoir que tu changes d'avis un jour.

@Era : j'ai hâte de les retrouver dans les recueils, si tu savais ^^ Ils sont mignons à la fin de Lost Souls... ah, j'espère que tu aimeras !

@Guu : il me semble qu'il serait temps de t'y mettre coconut, mange léger avant de commencer :D

Le 10 juin 2011 à 14:12 , nanet a dit…

C'est un roman que j'ai adoré, peut-être un peu plus que Corps exquis... Les personages sont adorables malgré leurs actes. Tiens, je pense qu'il me faudrait le relire, c'est déjà trop loin.

Quant au style, perso, j'ai adoré, malgré les petites imperfection qu'un peu d'objectivité ferait ressortir. Mais il parait qu'elle s'est bonifiée avec l'âge et que Alcool est divin....

Biz

Le 10 juin 2011 à 14:23 , Miss Spooky Muffin a dit…

Il était temps que je le relise moi aussi, et c'est toujours aussi plaisant. Au diable l'objectivité !

Alcool est divin mais c'est un tout autre genre, il est sobre et minutieux et travaillé mais on n'y retrouve pas cette folle passion macabre qui animait Poppy à ses débuts. Je ne peux pas me choisir un préféré, mais si les derniers sont excellents, les premiers restent de vrais moments de bonheur à chaque relecture.

Le 10 juin 2011 à 16:05 , Lalou a dit…

Oh la la.
A la base je pense pas que je serais attirée par ce roman. Mais à la base c'est Lily Muffin qui est fada de Poppy. Et du coup j'me dis que... ca pourrait le faire.
Mais je vais commencer par Alcool et La belle rouge (qu'une très certaine Lily Muffin également a fait atterrir dans ma BAL) et on en recause :)

Le 10 juin 2011 à 16:07 , Sita a dit…

Je l'ai chez moi, tu me ferais presque culpabiliser de le laisser traîner depuis deux/trois ans ._.
Ce sera pas encore cette fois pour du Poppy en anglais, mais j'ai Soul Kitchen qui devrait pas tarder !

(elle est toute mignonne ta chronique *pat pat*)

Le 10 juin 2011 à 16:31 , Miss Spooky Muffin a dit…

@Lalou : si je t'ai offert Alcool et La Belle Rouge c'est parce que si tu as une chance d'aimer Poppy, c'est en commençant par là. Si après ça se confirme, vas-y, jette-toi sur tout le reste :D

@Sita : Tu es pardonnée pour en avoir lu il n'y a pas longtemps, et puis il n'est jamais trop tard pour s'y mettre !
(Mercii *lick lick*)

 

Lilyn Kirjahylly Copyright © 2011, by The Scary Cupcake & Mr Pink Eyes
All images © the incredible Shaun Tan