samedi 9 avril 2011

Okko (Cycle de la Terre, intégrale),
de Hub

Reçu le samedi 9 avril 2011, 0 reviews

Résumé :
Okko, le rônin sans maître, est à la tête d'un petit groupe de chasseurs de démons et arpente ainsi les terres de l'empire du Pajan. Il est accompagné de Noburo, singulier géant qui cache son identité derrière un masque rouge, du moine Noshin, bonze fantasque - qui a la faculté d'invoquer et de communiquer avec les forces de la nature et grand amateur de saké -, et enfin de Tikku, jeune pêcheur devenu membre à part entière de la troupe, à qui Noshin enseigne les mystères de son art. Afin de fuir les batailles qui mettent l'Empire du Pajan à feu et à sang, Okko et ses compagnons trouvent refuge dans les montagnes des Sept-Monastères. À la recherche d'un guide pour traverser les montagnes, ils sont témoins d'un meurtre et le petit groupe se lance alors sur la piste d'une mystérieuse confrérie portant l’emblème du corbeau.

Mon avis :
Après le relatif fiasco des Nuées Écarlates, il était temps de prendre les BDs de Samouraï par l'autre bout, et c'est Okko que j'y ai trouvé. Recommandée par plusieurs amis, cette bande dessinée à la couverture plus qu'alléchante contient une bonne dose d'action, des personnages à la fois mystérieux et recherchés et des dessins aux couleurs magnifiques. En bref, elle roxxe des carottes, comme dirait un certain toons.

On sait peu de chose de Maître Okko et ses compagnons de route, l'étrange Noburo à la force impressionnante, toujours caché derrière son masque, ou encore le moine et son jeune apprenti qui les suivent sans trop cesser de se plaindre. Lorsqu'ils engagent une guide pour traverser les montagnes, ils ne s'attendaient pas à se retrouver embarqués dans un pèlerinage auprès de tous les monastères des environs, à la recherche d'informations sur une confrérie de joueurs de flûte portant l'emblème du corbeau aux pouvoirs effrayants...

Le moins qu'on puisse dire de cet album, c'est qu'il est dépaysant ! En quelques cases, on se retrouve au Japon d'autrefois, ses montagnes peuplées de monastères tout en bois et ses accoutrements si caractéristiques. Les couleurs sont un régal pour les yeux, changeantes au fil de l'histoire, tantôt ocres autour d'un feu ou vertes dans la pénombre nocturne, avec une bonne dose d'ambiance rosée comme annoncée par la couverture. Le trait est net, les visages marquants, les détails fouillés - rien à redire là-dessus !

Et du côté de l'histoire, tout va bien aussi : si les débuts sont un peu répétitifs (se faire renvoyer de monastère en monastère comme une balle de ping pong frôle l'agaçant), la fin est prenante et on prend plaisir à suivre le déroulement de l'intrigue. Les personnages ont leur caractère propre et on ne leur reproche qu'un peu trop de mystère et pas assez de proximité - une bonne vieille BD d'aventure à l'ancienne, si on veut.


Alors avec tout ça, ça aurait pu être le coup de foudre (comme avec Siegfried), mais finalement, non. Un trait trop masculin, trop froid, m'a forcée à garder mes distances avec l'histoire, et c'est bien dommage. Une BD parfaite pour les amateurs d'enquêtes, de vieilles légendes et de la période Edo, qui devraient y trouver leur dose d'action !

Ma note : 8/10

Reviews (0)

 

Lilyn Kirjahylly Copyright © 2011, by The Scary Cupcake & Mr Pink Eyes
All images © the incredible Shaun Tan