dimanche 22 août 2010

Les Chroniques de Nightshade, de Stan Nicholls
Posté par Mr Muffin

Reçu le dimanche 22 août 2010, 2 reviews

Résumé :
Quand on est roi, la démence est une faute impardonnable. Pour avoir gracié et condamné à l'exil Avoch Dar alors qu'il l'avait en son pouvoir, le roi Eldrick doit l'affronter de nouveau. Mais cette fois le sorcier s'est allié aux forces infernales... Seul le champion Nightshade, qui s'est retiré de la compagnie des hommes, peut s'opposer à lui. Justement, le guerrier téméraire est déjà lancé dans une quête personnelle : il est à la recherche d'un livre magique, Le. Grimoire des Ombres, qui renfermerait le pouvoir de vaincre le sorcier. Dès lors une lutte acharnée s'engage : face à face, un démon indestructible et le meilleur des combattants. Lequel réussira à faire pencher la balance en sa faveur ?

Mon avis :
Ah, l'heroic fantasy ! Un style dans lequel j'évite en général de me plonger car je trouve qu'il tombe trop facilement dans d'innombrables clichés : la carte au début du livre, les lieux aux noms imprononçables, les elfes qui courent dans les bois, les héros aux noms à sonorités nordiques. Étonnamment, les Chroniques de Nightshade ne présente aucuns de ceux que j'ai précédemment cités, même si l'histoire du vilain sorcier contre le valeureux chevalier est loin d'être le pitch le plus original au monde. Je suis néanmoins arrivé au bout de l'histoire sans trop de peine, même si je suis loin d'inscrire Nightshade dans ma liste de livres favoris.

Les Chroniques de Nightshade sont à l'origine une trilogie, regroupée ici en un seul tome par les éditions Bragelonne. On y suit l'histoire de Dalveen Leandor, champion du roi de Delgarvo et de Avoch-Dar, sorcier maléfique ayant été banni du royaume pour cause de magie noire. Le livre débute par un prélude expliquant comment Avoch-Dar se servit de ses pouvoirs pour tenter de lever une armée de zombies pour renverser Delgarvo. S'en suit une bataille féroce où Leandor (plus connu sous le pseudonyme de Nightshade) déploie ses talents pour repousser le sorcier. Ce dernier se replie pour sa forteresse de Vaynor, laissant notre héros manchot. Sans être particulièrement ennuyeux, ce prélude m'a fait craindre le pire sur le style de l'auteur. Pour être franc, c'est peut-être la traduction française qui laisse cette impression-là. Déjà, pourquoi ne pas avoir traduit le nom de Nightshade ? Avoir un mot anglais au milieu de phrase française dans un style assez soutenu est assez dérangeant et fait même tomber quelques passages à plat :

Tycho avisa quelque chose qui dépassait de l'un d'eux et fit signe aux autre de venir voir.
- L'un d'entre vous connaît-il cette plante ? interrogea-t-il.
La tige fine portait des fleurs pourpres en forme de clochettes, dont chacune abritait une grappe de minuscules baies noires.
- Moi, répondit Shani. Dans mon pays, on l'appelait "dwale".
- Ou belladone, ajouta Meath. Ses baies sont empoisonnées.
- Précisément, confirma Tycho. Je ne doute pas que Dalveen soit familier avec son nom courant : l'ombre de la nuit.
- C'est exact, acquiesça pensivement Leandor. Elle apparaît même sur le blason qu'Eldrick a fait faire pour moi.

Finalement, même s'il présente de sérieuses lacunes, le reste du livre est de meilleure qualité que le prélude. Il se laisse même lire assez facilement. Stan Nicholls nous offre de l'action quasiment non-stop, les héros passant d'une aventure à une autre sans aucun répit entre chaque périple. Un autre point positif est que les protagonistes ne sont pas trop nombreux et on ne se perd pas dans les noms (l'un des autres trucs qui me révulsent en général dans les histoires d'heroic fantasy) et l'histoire est très simple à suivre. L'idée d'employer un héros manchot est aussi assez inhabituelle.

Néanmoins, il y a beaucoup trop de choses qui m'ont gêné. Le manque d'originalité notamment : la structure de l'histoire n'est que du déjà-vu. C'est d'autant plus flagrant lorsqu'on examine le premier livre ; en gros, Nightshade part accomplir sa quête, rencontre un allié, arrive dans un endroit qui semble sûr, doit finalement affronter une épreuve, combat, gagne un nouvel allié, arrive dans un endroit qui semble sûr (répétez la boucle 3 ou 4 fois). Il faut bien sûr ajouter sur la fin quelques combats un peu plus difficiles quand il s'agit d'obtenir des objets-clés ou de combattre Avoch-Dar et ses troupes, mais vraiment, l'histoire contient peu de rebondissements inattendus. Les combats sont quand à eux assez répétitifs, une fois qu'on en a quelques uns, on a compris comment tous ceux qui vont suivre vont se dérouler. Lorsque plusieurs personnes livrent des duels en même temps, la victoire de l'un d'eux est toujours suivie par la victoire des autres.

Mais le plus frustrant de tout ça reste les raccourcis pris par l'auteur et les nombreuses questions auxquelles il ne répond pas. La fin de la trilogie, particulièrement le combat final, est tout simplement ridicule. Pire qu'un Disney, et de loin. Ensuite, il y a de nombreux points d'ombre : d'où vient le surnom Nightshade ? Quelle est cette brume rouge qui recouvre le regard de Nightshade lors de certains combats ? Lorsqu'on ajoute à ça quelques personnages qui semblent prometteurs et qui finalement ne servent strictement à rien (oui, Bethan, princesse éplorée et potiche, je parle de toi), on a vraiment l'impression à partir du milieu du 2e livre de la trilogie que Nicholls en avait juste marre d'écrire cette histoire et qu'il voulait s'en débarrasser au plus vite. Sans vouloir trop spoiler, l'auteur a même tenté d'y insérer un peu de SF... pour finalement laisser tomber l'idée.

En résumé, un livre qui se laisse lire, mais qui souffre de trop d'imperfections pour être bon.

Ma note : 5/10

Reviews (2)

Le 24 août 2010 à 11:45 , Julien le Naufragé a dit…

Pour ma part j'avais lu la Trilogie des Orcs de l'auteur. Sympathiquement distrayant en incluant une question sur le racisme, mais niveau de l'histoire c'est du classique fantasy. On aime ou pas, mais c'est semble-t-il sans grande originalité. en tout cas, je n'ai jamais eu vraiment envie d'aller plus loin dans l'oeuvre de l'auteur après cette trilogie. Merci pour ton billet!

Le 24 août 2010 à 12:50 , Miss Spooky Muffin a dit…

Ce livre était un cadeau, je ne pense pas que l'aurais acheté spontanément - et visiblement, j'aurais bien fait. Cela dit, les amateurs de bonne vieille fantasy y trouveront sûrement leur compte, à défaut d'y trouver de l'originalité ;)

 

Lilyn Kirjahylly Copyright © 2011, by The Scary Cupcake & Mr Pink Eyes
All images © the incredible Shaun Tan