mercredi 7 juillet 2010

Les Mémoires de Caligula,
de Cristina Rodríguez

Reçu le mercredi 7 juillet 2010, 10 reviews

Résumé :
"L'histoire de Caligula a été écrite à l'envers et il faut la remettre debout", disait l'historien Roland Auguet.
Voilà sans doute le point de départ et également le but visé de ce colossal roman historique.
Il aura donc fallu presque deux mille ans pour que quelqu'un se lève et essaie de comprendre cet être à part qu'a été Caligula.
Pour ce faire, Cristina Rodríguez a fouillé les ruines de Rome, dévoré les manuscrits anciens et discuté longuement avec les historiens et archéologues spécialistes de cette époque.
De l'homme au monstre, il n'y a qu'un pas, mais du monstre à l'homme... il n'y a qu'un livre.

Mon avis :
Après le coup de coeur de Meurtres sur le Palatin, on ne m'arrête plus... j'avais le choix pour ma prochaine lecture, et sans trop y réfléchir il s'est porté sur Caligula, un personnage que l'on retrouve dans les enquêtes de Kaeso et qui m'intéresse. Surtout que ce résumé intriguant - je ne connaissais personnellement rien sur lui - donne envie de tout savoir, et c'est maintenant chose faite ! Et si l'histoire ce n'est pas votre truc, ne vous en faites pas... ce n'est pas le mien non plus !

La forme du livre est très classique, divisée en parties suivant la chronologie de la vie de Caligula, mais le contenu l'est beaucoup moins : plutôt que de nous narrer de façon ennuyeuse les différents événements de son règne, l'auteur a choisi de se mettre dans la peau du personnage et de raconter l'histoire à travers ses yeux. Pas juste l'Histoire de l'époque, non, mais la vie d'un homme ballotté entre les foyers, utilisé par Tibère et rongé par la colère de voir sa famille se décomposer sous le joug de l'Empire.

L'histoire est riche en émotions ; Caligula étant un personnage à fort caractère et aux sautes d'humeur légendaires, il ne manque pas d'apporter de la dynamique à ce qui pourrait être un simple récit historique. Les nombreuses anecdotes et autres petits détails de la vie quotidienne enrichissent l'histoire et on ne peut que s'attacher au héros, pour qui chaque catastrophe semble précéder la suivante.

Du côté des personnages secondaires, on retrouve Mnester dans le rôle de l'amant de Caligula, le séduisant danseur qui a bien du courage de supporter les humeurs de son maître. La (dernière) femme de celui-ci, qui n'apparaît qu'à la fin de l'histoire, est elle aussi un personnage haut en couleur à qui l'on s'attache rapidement. D'autres membres de l'entourage de l'Imperator font également leur apparition tout au long du récit pour diversifier l'action.

Bien que l'histoire ne soit pas mon rayon, les nombreuses notes de bas de page apportent des informations intéressantes sur les mœurs de l'époque et les sources de certaines anecdotes. Sans être indispensables, je n'ai pour une fois pas rechigné à faire un tour à la fin du livre à chaque référence pour savoir de quoi il était question. De plus, des annexes sur la vie et les coutumes de la Rome antique viennent compléter ces informations pour les plus curieux.
Il est amusant de voir que l'un des rares documents de l'époque sur les César est l'ouvrage de Suétone, un homme qui ne les dépeignait que sous leur mauvais jour. Belle image à garder pour le futur que la vision biaisée de cet écrivain !

S'il y a une chose que je regrette dans ce livre, c'est d'y avoir vu des éléments réutilisés dans Meurtres sur le Palatin : que ce soient la description du Palatin ou la scène de l'incendie, on retrouve mot pour mot certains passages assez importants de l'histoire. Compte tenu de la difficulté à trouver ce livre, je comprends que ça n'interfère pas trop avec la récente publication de son dernier ouvrage, mais on regrette tout de même que ce soit des passages empruntés.

Au final, ce livre est une biographie comme j'aimerais en lire plus souvent, humaine, pleine de sentiments, d'erreurs et de questionnements, où l'on découvre autant de merveilles que d'horreurs qui semblaient normales à l'époque. Ma seule crainte portait sur la fin, car je savais que Caligula avait été assassiné à 29 ans seulement : eh bien, je vous conseille de sauter l'épilogue, il m'a personnellement retourné les tripes.

Rendez-vous au prochain détour historique, peut-être à Sparte !

Ma note : 8/10

Reviews (10)

Le 7 juillet 2010 à 12:07 , Lexounet a dit…

J'avais dit que je ne rajouterai rien à ma PAL cet été... c'est raté^^
Joli billet bien convaincant.

Le 7 juillet 2010 à 13:02 , Miss Spooky Muffin a dit…

Je suis très contente de t'avoir donné envie, cet auteur est l'une de mes préférés et je la recommande vraiment. Par contre, bon courage pour trouver le livre... Essaye peut-être d'en lire un qui se trouve facilement pour voir si le style te plaît avant de te battre pour celui-là :)

Le 7 juillet 2010 à 13:07 , Lexounet a dit…

merci du conseil, j'en prends note par contre est-elle dans la bibliomania?

Le 7 juillet 2010 à 13:08 , Miss Spooky Muffin a dit…

Tout est dans Bibliomania, ajouté par mes petites mains :)

Le 8 juillet 2010 à 17:06 , Ryuuchan a dit…

En tant qu'historienne, il me fait grande envie, surtout que la période romaine est une de mes favorites (après l'histoire médiévale, quand même ^-^), et Caligula un personnage que j'aime beaucoup (il faut lire le portrait qu'en fait Suétone dans La Vie des Douze césars", c'est croustillant XD).

Par contre ce qui me fait peur, c'est l'écriture de l'auteur. Si j'avais adoré Les Mystères de Pompéi (l'opus précédant Meurtres sur le Palatin), je l'ai apprécié en tant que polar avant tout, pour la simple et bonne raison que Cristina Rodriguez romançait bien trop pour prétendre à un travail historique (cela sans remettre en cause les informations qu'elle apportait cependant). Bref, j'ai peur de retrouver dans Caligula une histoire, mais pas de l'Histoire. Je note quand même, expérience à tenter, parce qu'il est vrai que l'auteure possède quand même un certain talent pour immerger ses lecteurs, sans compter que ta critique fait envie :)

Le 8 juillet 2010 à 17:46 , Miss Spooky Muffin a dit…

Je pense que Caligula est d'abord une histoire avant d'être de l'Histoire, mais vu que je ne connais pas son "Histoire" officielle elles sont peut-être très similaires, je ne pourrais pas te dire. L'auteur a rendu le livre accessible au grand public alors il ne faut pas que tu t'attendes à de l'Histoire pure et dure, ça c'est certain...

Vu la critique qu'elle fait du portrait dressé par Suétone, je t'avoue que je ne suis pas super emballée pour le lire. Déjà parce que du coup, moi, l'Histoire, ça ne me passionne pas, et parce que je me suis attachée à lui et ça ne va pas me plaire si je ne lis que des choses négatives à son sujet :)

Le 11 juillet 2010 à 12:50 , El Jc a dit…

J'avais beaucoup aimé "Meutres sur le Palatin" et je m'étais promis de revenir vers l'auteur à l'occasion. Merci de ce petit rappel à l'ordre ;o)

Le 11 juillet 2010 à 21:07 , Miss Spooky Muffin a dit…

Et ce ne sera pas le dernier rappel, sois-en certain ;)

Le 15 octobre 2011 à 09:49 , Anonyme a dit…

Vous ne savez pas où je peux me procurer ce livre? Il est introuvable sur le net et Cristina est une de mes auteurs préféré alors je ne voudrai pas passer à coté de ce livre. D'autant plus que je me suis beaucoup attachée au personnage de Caligua après avoir lu ces autres romans.

Le 15 octobre 2011 à 10:58 , Miss Spooky Muffin a dit…

J'ai bien peur que ce soit un de ces livres qu'on ne trouve plus que par chance - j'ai sauté sur un exemplaire chez priceminister mais sa réapparition sur le marché dépendra sans doute du bon vouloir des vendeurs d'occasion. J'espère que vous le trouverez un jour !

 

Lilyn Kirjahylly Copyright © 2011, by The Scary Cupcake & Mr Pink Eyes
All images © the incredible Shaun Tan