samedi 24 juillet 2010

Les Aigles de Rome - livre I,
de Marini

Reçu le samedi 24 juillet 2010, 0 reviews

Résumé :
743 urbe condita (11 avant J.C) « De tous les peuples de l’Empire, les Germains sont les plus braves » aurait pu déclarer Drusus, à qui a été confiée la délicate mission de soumettre les irréductibles barbares de Germania. Le combat terminé, le Prince Sigmar « offre » son fils Ermanamer en otage aux Romains. César confie l’éducation de ce jeune barbare chevelu au fidèle Titus Valerius Falco, qui a justement un fils du même âge, Marcus, qui lui aussi aurait bien besoin d’une éducation digne de ce nom. Entraînement complet et discipline de fer : les deux jeunes garçons affrontent ensemble les terribles épreuves auxquelles les soumet leur entraîneur, ancien légionnaire. Au fil de ces expériences éprouvantes, le jeune Romain insolent et le Germain au sang chaud transforment leur haine réciproque en profonde amitié. Surtout quand ils découvrent ensemble les charmes irrésistibles de la gent féminine…

Mon avis :
Ma nouvelle passion pour la Rome Antique se poursuit aujourd'hui en BD, avec cet ouvrage gracieusement rapporté de France par une amie. Bien que la BD ne soit pas forcément trop ma tasse de thé, encore moins dans le style "réaliste", je n'ai pas pu résister à voir en image ce que j'ai pu lire dans les quelques ouvrages sur l'époque et très honnêtement, je n'ai pas été déçue.

Dès les premières pages, on est plongé dans la violence barbare de l'époque, à coups de haches et de glaives tachés de sang. Les Germains ne portent pas les Romains dans leur cœur, et même quand Drusus se montre relativement amical (autant qu'on puisse l'être après avoir massacré les mecs d'en face) avec eux, on sent qu'ils ne sont pas prêts à faire amis amis.
Et lorsque le père de Marcus, un jeune romain insolent comme le dit si bien le résumé, se retrouve à éduquer un Germain, Ermanamer (renommé Arminius pour le côté romain), celui-ci n'en rate pas une pour rendre Marcus dingue et le défier à la moindre occasion. De chamailleries en camaraderies, on les suit dans leur apprentissage des armes comme de la vie, au fil de ces quelques planches.

Parce que j'aime bien commencer par ce qu'il y a de bien, parlons des personnages. Le style visuel est un peu déroutant pour une néophyte comme moi, trop détaillé presque, mais on s'y habitue facilement. C'est presque comme regarder un film sur papier...
Mais le plus intéressant à mon avis est le caractère bien trempé des deux têtes de mules dont on suit les aventures. Très gamins, toujours à se mettre dessus, et pourtant reconnaissants de la présence de l'autre. Marcus est borné mais humain dans ses décisions (ce que son père ne manque pas de lui faire regretter) et Arminius... il est plutôt pas mal, vous ne trouvez pas ?

Le rythme est assez soutenu et on ne s'ennuie pas, de punitions en entraînements, et si ce n'était les désagréables sauts dans le temps sans transition (un propre de la BD ?) ce serait parfait. L'envie de lire le prochain tome est renforcée par le petit moment de suspense final, qui laisse à craindre pour la suite. Et vu comment l'auteur ne fait pas dans la dentelle, elle risque de ne pas être de tout repos !
Le fait que certains termes latins ne soient pas traduits est également un peu étrange mais heureusement, un lexique à la fin vient combler cette lacune.

En bref, une bonne BD pour adulte, valable au niveau historique sans pour autant s'étendre sur la politique ou autre mais l'ambiance est bien là, crue et chaude à souhait. Et quitte à mettre autant de scènes de nu, on n'aurait pas pu avoir quelques mecs pour changer des grosses poitrines ? Damnit.

Ma note : 8,5/10 (la suite est commandée !)

La chronique du livre II est par là !

Reviews (0)

 

Lilyn Kirjahylly Copyright © 2011, by The Scary Cupcake & Mr Pink Eyes
All images © the incredible Shaun Tan