vendredi 7 mai 2010

ZE, de Yuki Shimizu

Reçu le vendredi 7 mai 2010, 2 reviews

Résumé :
Laissé seul et sans argent après la mort de sa grand-mère bien aimée, Raizou Shichikawa accepte d'aller vivre dans la demeure familiale des Mitou en échange de ses services comme homme de ménage. Mais il y a quelque chose d'étrange à propos de la famille Mitou. De mystérieux liens existent entre ses murs, et le comportement des occupants semble au delà de la compréhension de Raizou.
Raizou s'attache à son compagnon de chambre aux mauvaises manières, Kon, et son intérêt l'amène à découvrir la vérité : les gens pour qui il travaille ne sont pas vraiment humains ! Kon est un "kami" (ndlt: papier en japonais) - un soigneur destiné à servir son maître "kotodama". Sans maître, Kon cherche un but à son existence et ses capacités. Raizou parviendra-t-il à apporter ce qu'il manque à Kon ?

Mon avis :
Encore un manga qui sort des sentiers battus - il faut croire que j'adore les exceptions ! Et celle-ci fait honneur à sa condition : pas de banale rencontre improbable qui se finit sous la couette après à peine deux mots échangés, pas de businessman rongé par le doute de son homosexualité... Non, ce livre est une étrange dérive paranormale, mélangeant histoire familiale, pouvoirs mystiques et créatures de papier. Rien que pour ça, il mérite qu'on y jette un œil, mais vous allez voir qu'il y a bien d'autres raisons qui font de ce livre un incontournable.

La série ZE est composée pour l'instant de 4 volumes traduits en anglais, et au moins 8 sortis au Japon (elle est toujours en cours).

Le premier volume est centré sur l'arrivée de Raizou dans la famille Mitou, sans domicile depuis la mort de sa grand mère et recommandé comme employé de maison par le mystérieux Genma, à qui la famille Mitou ne semble rien pouvoir refuser. L'innocent et naïf Raizou va vite se rendre compte que ses hôtes ne sont pas normaux, et après un hilarant affreusement traumatisant événement, va découvrir que la moitié des occupants de la demeure sont des kami-sama, des créatures de papier protégeant les membres de la famille Mitou (pourquoi, vous le saurez en lisant). À l'exception de Kon, qui n'a pas de kotodama (maître), et qui cherche un sens à son existence - sens que Raizou va essayer tant bien que mal de lui apporter. La seconde partie concerne Asari et Shoui Mitou, un couple kami-sama - kotodama aux relations plus que difficiles qui vont essayer de résoudre leurs problèmes.

En passant, un petit mot sur les prochains volumes : le second est de nouveau centré autour de Kon et Raizou, qui apprennent lentement à se connaître, puis le troisième sur Genma et Himi (qui se termine en terriblement frustrant cliffhanger), et enfin le quatrième sur de nouveaux membres de la famille, dont les jumeaux terribles. Chaque volume a une atmosphère assez différente, parfois légère, parfois lourde et dramatique, et on ne s'ennuie pas d'un volume à l'autre.

Revenons-en à nos début. Yuki Shimizu est connue pour sa série Love Mode, que j'ai longtemps hésité à lire à cause d'un style de dessin assez rebutant (et je ne suis pas la seule à le penser). Lorsque je me suis finalement décidée, j'ai découvert qu'à défaut d'avoir un style visuellement agréable, l'histoire tenait bien la route, riche en émotions, et sur les derniers volumes les dessins s'étaient nettement améliorés. Avec Ze, on retrouve l'équilibre parfait de tout ça : des graphismes soignés et une histoire prenante, plus originale que celle de Love Mode (grâce au côté traditionnel/paranormal je pense).
L'intrigue n'est pas très complexe mais on se pose des questions sur les liens familiaux, et l'auteur a décidé de mettre en avant un côté très "japon ancien" mélangé à la réalité moderne, un vrai plaisir pour les amoureux de la culture asiatique.

Les personnages sont ici encore la source de l'histoire. Raizou, le petit nouveau, naïf et prêt à tout pour faire plaisir, est assez touchant. Kon s'affiche dès le départ avec un sale caractère, mais on se rend vite compte que c'est son angoisse sur la raison de son existence qui cause ce malaise.
L'étrange couple Ouka - Benio risque d'en faire grimacer certains ; Benio est moitié nue lors de la plupart de ses apparitions et clashe un peu avec l'habituel univers exclusivement masculin des yaois (en passant, je fais partie de ceux qui affectionnent les personnages féminins à la personnalité intéressante, donc un bon point). Kotoha, surnommé the beast pour une raison assez incompréhensible au début (il apparaît comme un gamin amorphe et accro à la glace) est tout le temps entouré de Konoe, le râleur du groupe, incapable de résister aux caprices de son petit protégé.
Waki, le faiseur de poupées, est le plus désinvolte de tous mais sûrement le plus mystérieux, toujours appuyé contre son grand coffre noir sur lequel quelques allusions bien placées ne manquent pas de piquer notre curiosité. Vivement la suite pour savoir de quoi il en retourne...

Côté ambiance, rien de très choquant pour les esprits sensibles, le livre est classé pour adultes à cause de quelques scènes de nudité mais elles ne sont pas très nombreuses et arrivent à point nommé, j'ai envie de dire. La plupart des couples sont maladroits et touchants et apportent autant d'humour que d'émotion à l'histoire (seules nos amies lesbiennes étant un peu vulgaires à mon goût par moments).

Je ne peux trop en dire de plus, à part que j'ai déjà relu plusieurs fois cette série (à chaque arrivée d'un nouveau volume) et que je prends toujours autant de plaisir à le faire, les situations sont toujours aussi drôles ou tristes et je ne peux que vous encourager à la lire si vous en avez l'occasion !


Reviews (2)

Le 7 mai 2010 à 21:57 , Bulle a dit…

Oh ça a l'air sympa ! Je note ça ^^.

Le 8 mai 2010 à 12:06 , Miss Spooky Muffin a dit…

J'espère qu'il te plaira !

 

Lilyn Kirjahylly Copyright © 2011, by The Scary Cupcake & Mr Pink Eyes
All images © the incredible Shaun Tan