samedi 1 mai 2010

Voice or Noise, de Yamimaru Enjin

Reçu le samedi 1 mai 2010, 0 reviews

Résumé :
Un jour d'été, le jeune Shinichiro a eu une conversation avec un chat du coin à propos d'univers parallèles. Des années plus tard, il découvre un autre chat qui peut parler le langage des humains, et une porte ouverte sur un tout nouveau monde. Malheureusement, son guide pour devenir un Docteur Dolittle des temps modernes est l'imperturbable et parfois hostile Narusawa, qui met Shinichiro en garde sur le fait que sa décision de parler aux animaux peut avoir des conséquences qu'il n'imagine pas. Cela semble amusant au début, surtout grâce à Acht, le charmant chat noir qui égaye leur quotidien, mais alors que Shinichiro et Narusawa se rapprochent, la complexité de la communication et du cœur humain commence à apparaître...

Mon avis :
Il y a des exceptions dans chaque genre qui existe, et j'avais envie de commencer par l'une d'entre elles. Ce manga a souvent été critiqué pour son manque d'action - entendez par là, d'action sous la couette - mais je pense qu'il n'est pas qu'une triste façade sans profondeur sinon un livre réfléchi, avec un peu plus de profondeur que d'habitude et qui mérite d'être connu.
Choisir dix manga dans ma bibliothèque a été difficile, mais je pense que celui-ci mérite sa dixième position. Acht serait sans doute très fier qu'on parle de lui de l'autre côté du monde !

"The summer I turned thirteen, I sat on the roof of my school and discussed parallel universes with a cat." Une intro comme je les aime !

Les histoires yaoi, pour ceux qui connaissent, regorgent de relations élève-professeur, patron-employé (ou employé-employé) ou encore senpai-kouhai (deux élèves avec une année ou plus de différence). Ici, on oublie les clichés, et on suit Shinchiro dans le cabinet du vétérinaire, où il espère faire soigner son chien d'un mal étrange qui le rend lunatique et agressif. Ce curieux vétérinaire va alors lui dire de trouver un de ses amis, Narusawa, professeur de physique quantique à l'université, car il sait parler aux animaux. Après un début plutôt houleux, Narusawa va finalement accepter d'enseigner à Shunichiro la maîtrise de son don de communication avec les animaux, qu'il pratique déjà avec Acht, le chat cynique et facétieux qui vit chez Narusawa.

S'il y a bien une chose qui me laisse perplexe dans ce livre, c'est la raison du classement "16 ans et plus" qu'affiche la couverture. Peut-être que les adolescents sont facilement effrayés par les animaux qui parlent, qui sait. En tout cas, pas d'inquiétude, il n'y a rien de choquant dans cette histoire. Shinichiro est un lycéen studieux qui aime les animaux, et décide d'apprendre à leur "parler" comme le fait Narusawa. Mais celui-ci n'est pas très enclin à lui enseigner quoi que ce soit, apparemment conscient du poids que ce "don" représente, et les seules manifestations d'affection que l'on voit se limitent à un ébouriffage de tête et un piquage de far occasionnel. Pas de quoi fouetter un chat, comme dirait Acht.

Arrêt sur image sur les personnages. Shinichiro est jeune et un peu naïf au début de l'histoire, mais le sérieux avec lequel il accomplit sa tâche de prendre soin de son chien est assez touchant. Au fil de l'histoire, on le voit se remettre en question, réfléchir aux mises en gardes de Narusawa et aux conséquences de ses actes ; un vrai petit voyage initiatique. Narusawa est quant à lui le "geek" typique, passionné de physique et de math, obtus, asocial et irascible - quelqu'un de pénible, donc. Mais la vitalité de Shinchiro va le sortir un peu de sa morosité et l'idée d'avoir quelqu'un qui le comprend est trop intéressante pour la laisser passer, même si c'est au prix de deux-trois prises de tête.
Leur relation conflictuelle est intéressante et Narusawa a un petit côté philosophe qui apporte une ambiance un peu mystique à l'histoire.

"If you talk with animals you may become like an animal. Take on an animalistic perspective. Whether it's dogs, cats or even rats."
"Do you have any idea what that means?"
"Someday, you'll have to draw that line inside yourself."
"Which will you recognize as a voice? Which will you discard as noise?"

Acht - le chat parlant - mérite son paragraphe à lui tout seul. Véritable révélation pour Shinichiro, qui découvre que son rêve d'enfant était peut-être bien un souvenir et qu'il peut parler aux animaux, il colle aux pattes de nos deux héros en leur lançant des petites remarques très félines, appuyant là où ça fait mal, mais capable aussi des plus puériles facéties dont les chats raffolent. Derrière son rôle de bouffon se cache aussi une histoire plus profonde, qui est pleinement mise en valeur dans la dernière partie du livre et crée ce petit suspense qui donne envie de lire la suite sans tarder.

Pour une fois que je peux parler des dessins, j'en profite. Je ne dirai pas que cette mangaka est la meilleure que j'aie jamais vue, mais le style est cohérent (il n'y a pas de grosses différences entre le tome 1 et 2 par exemple) et expressif. Narusawa est le typique beau gosse mystérieux, Shinchiro le jeune garçon souriant plein d'énergie mais facilement blessé, et les quelques chibis (version miniatures et mignonnes des personnages) dont assez réussis. Les animaux ne sont pas en reste non plus, même on regrette un certain manque de réalisme dans leur trait, qui varie assez d'un dessin à l'autre.

Du côté des points négatifs, les amateurs d'action (et pas juste sous la couette) seront sans doute déçus, car l'histoire est plutôt centrée sur la psychologie des personnages qu'autre chose. Quelques traductions d'onomatopées manquent elles aussi à l'appel. L'humour est bien dosé bien qu'un peu absent parfois, et quelques incohérences au début de l'histoire rendent l'immersion un peu difficile - les ellipses temporelles non-expliquées y sont pour quelque chose, je pense.

Un petit mot sur le tome 2 pour les intéressés : quelques dérives métaphysiques, un Shin-chan impatient de parler aux animaux et Naru-Naru qui se rapproche petit à petit de son jeune ami, acceptant difficilement cette inexplicable attraction. Doc Ikegami (le vétérinaire) gagne lui aussi du temps d'antenne et le grand mystère d'Acht se résout... bref, une suite dans le même esprit que le premier volume.


J'espère vous avoir donné envie d'y jeter au moins un coup d'œil si vous le voyez un jour - je sais, il est en anglais et ça ne se trouve pas à tous les coins de rue, mais qui sait ! À demain pour le prochain manga.

Reviews (0)

 

Lilyn Kirjahylly Copyright © 2011, by The Scary Cupcake & Mr Pink Eyes
All images © the incredible Shaun Tan