lundi 10 mai 2010

Cut, de Toko Kawai

Reçu le lundi 10 mai 2010, 0 reviews

Résumé :
Chiaki Sakaguchi semble être un lycéen sociable et populaire, mais il cache un lourd secret dont il ne peut parler à personne - même pas à ses plus proches amis. Quand Chiaki rencontre pour la première fois un autre élève de son lycée, Eiji Yukimura - un marginal qui va à l'encontre de l'avis des professeurs -, il pense avoir trouvé quelqu'un qui peut comprendre sa douleur intérieure. Alors qu'ils deviennent de plus en plus proches, Chiaki découvre qu'Eiji possède aussi un secret - un secret si sombre qu'il menace d'éclipser le sien.

Mon avis :
Si j'ai eu du mal à sélectionner dix manga de ma bibliothèque, je n'ai jamais eu aucun doute au sujet de celui qui serait numéro 1. Cut est et restera pratiquement le meilleur manga que je n'ai jamais lu, car je pense qu'il évoque tellement d'émotions fortes et réalistes que c'est impossible de rester indifférent à son égard. L'histoire est triste sans devenir dramatique, la douleur profonde et omniprésente dans le comportement de chacun des deux héros, et on continue à se demander ce qu'il va leur arriver jusqu'au dernier moment sans jamais être déçu de la tournure des événements.
Un exploit, c'est peu de le dire.

That's how our blue, bitter, miserable days together began.
Le ton est donné. Chiaki est un jeune lycéen désinvolte, ennuyé par la vie, son quotidien et ses amis qui n'en sont pas vraiment. Pour noyer une vieille douleur et se venger de l'indifférence de sa mère, il couche avec son beau père, un sadique dérangé, et se nourrit de la douleur qu'il lui procure pour oublier un instant sa peine. Lorsque Eiji le surprend, les deux garçons deviennent étrangement amis, séchant les cours ensemble pour aller se prélasser sur le toit du lycée. Mais Eiji n'est pas non plus un garçon comme tous les autres ; sous les éternelles manches longues de ses tee-shirts se cache une longue et profonde cicatrice, souvenir d'un traumatisme qui lui provoque encore des crises de violence incontrôlables. Ensemble, ils vont essayer de panser les plaies de l'autre et faire face au mystérieux avenir qui les attend.

J'ai déjà parlé des dessins de Toko Kawai dans le billet sur Loveholic, alors je ne reviendrai pas en détail dessus. On y trouve toujours la même passion, le soin accordé aux visages et aux expressions, encore plus dans la douleur que dans la joie, et la délicatesse des traits rend l'histoire encore plus poétique qu'elle ne l'est déjà.

Chiaki est un adolescent à la fois normal et étrange, coincé dans cette désagréable phase de questionnements sur son existence et sans personne à qui se confier pour apaiser son malaise. Le sexe et la douleur ne sont que des exutoires à sa douleur, qu'il remplace par une autre (allant jusqu'à se taillader les veines) pour ne pas penser à la culpabilité qui le ronge. A l'inverse, Eiji se montre froid et distant envers le monde qui l'entoure, refusant de consoler Chiaki lorsqu'il lui demande et ne comprenant pas son besoin de se faire mal, alors que lui cherche justement à s'éloigner de la douleur et à devenir indépendant pour ne plus être un fardeau pour les autres. Leur côté encore un peu enfant les rend touchants dans leur détresse et leur attachement progressif l'un à l'autre est tout simplement adorable.

L'auteur traite cette histoire de passage à l'âge adulte avec beaucoup de réalisme et de justesse, utilisant assez d'images choquantes pour faire serrer les dents au lecteur, tout en concluant sur des scènes plus douces mais toujours teintées de ces sombres réminiscences du passé. Ce manga touche plus ou moins à une corde sensible qu'on porte tous en nous, et je ne peux que le recommander à quiconque ayant envie d'un (trop) bref retour à l'époque de l'adolescence.

Pour information, bien que je présente encore une fois la version anglaise, le manga est sorti en français chez les éditions Taifu Comics ; j'espère sincèrement qu'il est loin au-dessus de la qualité décevante de Café Latte et qu'il rend justice à ce petit chef d'œuvre du manga, que je vous conseille d'acheter sans attendre.


~ Et voilà, les 10 jours de manga sont finis, et ça n'a pas été de tout repos ! Je ne pense pas que je recommencerai de si tôt, mais je suis fière d'avoir tenu bon chaque jour pour vous présenter une petite parcelle de ma grandissante collection - en espérant vous avoir donné au moins un peu envie de vous y mettre :)

Reviews (0)

 

Lilyn Kirjahylly Copyright © 2011, by The Scary Cupcake & Mr Pink Eyes
All images © the incredible Shaun Tan