vendredi 19 mars 2010

La course au mouton sauvage,
de Haruki Murakami

Reçu le vendredi 19 mars 2010, 6 reviews

Résumé :
A Tokyo, un jeune cadre publicitaire mène une existence tranquille. Il est amoureux d'une jeune fille par fascination pour ses oreilles, est l'ami d'un correspondant qui refuse de lui donner son adresse pour de confuses raisons, jusqu'au jour où cette routine confortable se brise. Pour avoir utilisé une photographie apparemment banale où figure un mouton, sa vie bascule. Menacé par une organisation d'extrême droite, il va se mettre en quête de cet animal particulier, censé conférer des pouvoirs supra-naturels...

Mon avis :
Moi qui d'habitude saute sur le blog pour écrire ma critique à peine le livre fini, celui-ci semble bien décidé à me donner du fil à retordre. D'abord parce que c'est un Murakami, et qu'après le coup de cœur de ses trois autres livres que j'ai lus (Les chroniques de l'oiseau à ressort, Kafka sur le rivage et La fin des temps), je m'attendais à tomber sous le charme dès les premières pages.
Disons que ça a été un peu plus compliqué que ça.

L'auteur n'a pas perdu ses bonnes habitudes, l'histoire est un peu déjantée, complètement extraordinaire et on se fait embarquer dans les montagnes isolées d'Hokkaido sans avoir la moindre idée d'où ça va nous mener. Les personnages sont une fois de plus sans nom, désignés par leur condition ou leur métier comme Murakami aime le faire pour transposer cette folie dans le quotidien de tout un chacun.

Niveau intrigue, on s'y perd un peu au début. L'histoire commence sur un enterrement, dont la signification m'a totalement échappée une fois le livre terminé, puis enchaîne sur l'obsession du narrateur pour les oreilles d'une jeune femme qui va lui prédire une affaire de mouton. Et affaire de mouton il y a, conduite par un étrange homme en noir dont le patron est aux portes de la mort à cause du mouton qui l'a déserté. Ce même mouton qui se trouve sur la photo que lui a envoyé un ancien ami, aujourd'hui reclus dans la nature, qui communique avec lui à travers de mystérieuses lettres. Bref, tout commence avec une photo et finit quelque part à Hokkaido, à la recherche du mystérieux mouton. Ajoutez à ca une petite amie clairvoyante, la minute historique d'un petit village, un chat nommé Kipper et un commanditaire tout puissant qui se joue de tous, et ça y est, vous êtes un peu perdus. Pour tout vous dire, moi aussi.

Arrêtons-nous un instant pour un extrait philosophique :

As long as I stared at the clock, at least the world remained in motion. Not a very consequential world, but in motion nonetheless. And as long as I knew the world was still in motion, I knew I existed. Not a very consequential existence, but an existence nonetheless. It struck me as wanting that someone should confirm his own existence only by the hands of an electric wall clock. There had to be a more cognitive means of confirmation. But try as I might, nothing less facile came to mind.

J'ai aimé l'ambiance, le côté délirant de certaines réflexions, la folie qui baigne parfois les actions de chacun et le charme des quêtes où l'on se lance à corps perdu. J'ai adoré l'illustration vers la fin du livre, qui précède le moment où l'on se demande si tout le monde n'a pas perdu l'esprit, et la logique implacable du déroulement des évènements. Mais avouons-le, je n'ai pas tout compris. L'identité de l'homme en noir, qu'on est censé deviner sur la fin, m'est passée complètement au-dessus et m'a laissée un peu frustrée. De même que la fin "ouverte", un classique de Murakami pourtant ; pour une fois, j'aurais voulu un peu plus d'explications...

En bref, une lecture divertissante, fidèle au style de l'auteur, mais trop réaliste et terre-à-terre (en comparaison avec La fin des temps qui était beaucoup plus dans l'imaginaire et la découverte) pour vraiment m'accrocher, et que je relirai probablement un jour pour tenter de percer le mystère.

Ma note : 8/10

Alice nous en parle aussi, et je suis d'accord avec elle : un début un peu lent, une fin qui tient en haleine, et de jolies métaphores comme Murakami les fait si bien. A défaut de pouvoir lire les deux premiers livres de la trilogie, introuvables à moindre frais, je me rabattrais sur Danse, Danse, Danse que même la bibliothèque possède.

Reviews (6)

Le 19 mars 2010 à 23:41 , Lelf a dit…

Inutile de dire qu'il est dans ma wishlist, hein. Mais au vu de ce que tu dis, je continuerai surement par Kafka avant de me mettre à celui là. :p

Le 20 mars 2010 à 07:11 , Liyah a dit…

J'ai pas encore lu de livre de cet auteur mais j'ai Kafka sur le rivage dans ma PAL ainsi que Tremblement de terre ! Et il y a un autre qui me fait très envie c'est La ballade de l'impossible ! En tout cas ton avis donne envie de découvrir cet auteur !

Le 20 mars 2010 à 12:22 , L'Ogresse a dit…

A priori, j'etais assez tentee par cet auteur mais en lisant ton billet, je crois que je commencerai par un autre titre, 'La fin des temps' peut-etre - qu'en penses-tu ?

Le 20 mars 2010 à 21:07 , Miss Spooky Muffin a dit…

@Lelf : c'est ce que je ferais aussi, bonne lecture avec Kafka sur le rivage !

@Liyah : Pas encore lu les deux autres que tu cites mais j'ai prévu de les récupérer dès que j'aurais fini Le passage de la nuit. J'espère que tu feras une bonne découverte avec Murakami.

@L'Ogresse : J'ai commencé par Les chroniques de l'oiseau à ressort, qui m'a fait aimer cet auteur, mais je pense que Kafka sur le rivage touche plus facilement les gens. La fin des temps est mon préféré mais il est un peu spécial, alors je ne sais pas trop quoi te conseiller... prends celui dont le résumé te fait le plus envie, ils sont tous bons à mon goût !

Le 21 mars 2010 à 17:36 , Alice a dit…

Lu en anglais, la classe ^^ Faudrait que je tente néanmoins - j'ai lu des nouvelles en anglais mais pas de bouquin entier. Ceci dit il va falloir que je m'y fasse parce que pour son dernier, 1Q84, on aura la version anglaise bien avant la française je pense, et je veux la choper dès la sortie è.é

Enfin bref, on a le même avis je vois :)
Mais c'est vrai que j'avais TOTALEMENT oublié l'histoire de l'enterrement et là, je m'interroge quand même Ôo

Le 21 mars 2010 à 18:26 , Miss Spooky Muffin a dit…

Bah vu que je peux me faire livrer gratuitement des livres en anglais (merci bookdepository) alors que ça me coute une fortune en français, c'est plus par défaut que par choix... cela dit, ça ne fait pas de mal.

Je ne suis pas la seule à avoir loupé quelques trucs, alors ^^ Une idée pour l'identité de l'homme en noir ?

 

Lilyn Kirjahylly Copyright © 2011, by The Scary Cupcake & Mr Pink Eyes
All images © the incredible Shaun Tan